Le FMI cède à la "Macronmania"... avec modération


"Ambitieux", "courageux" ou encore "impressionnant": le FMI a multiplié lundi les éloges à l'égard du programme d'Emmanuel Macron, sans toutefois relever fortement ses prévisions de croissance, en attendant la mise en oeuvre de mesures d'économies douloureuses.

"Nous sommes plutôt impressionnés par la nouvelle énergie et l'optimisme que nous avons perçus au sein du gouvernement et auprès de nos interlocuteurs", a salué Christian Mumssen, le chef de mission du Fonds monétaire international à Paris lors d'une conférence de presse au terme de l'évaluation annuelle de l'économie française.

Ce soutien "au programme ambitieux" du gouvernement tombe à point pour M. Macron et son Premier ministre Edouard Philippe, qui s'apprêtent à réformer le droit du travail par ordonnance et sont en pleine polémique sur la réduction drastique de la dépense publique, notamment dans le secteur de la défense.

Le gouvernement a annoncé des économies de 4,5 milliards d'euros dès cette année, jugées "réalistes" par le FMI, qui devraient permettre à la France de passer sous la barre des 3% de déficit et pourraient "fortement contribuer à résoudre les défis économiques auxquels la France se heurte de longue date", a insisté M. Mumssen.

Son ton contraste fortement avec les inquiétudes exprimées lors de la réunion de printemps du FMI en avril dernier à Washington, quand les participants craignaient encore une victoire de Marine Le Pen à l'élection présidentielle.

Des éloges plutôt rares de la part de l'institution dirigée par la Française Christine Lagarde, pour ne pas dire inédites à l'égard de l'Hexagone, qui était régulièrement appelé ces dernières années à réduire la dépense publique et à lancer de profondes réformes structurelles.

M. Mumssen l'a lui-même admis en rappelant que la France n'avait pas réduit les dépenses pendant longtemps. "Au contraire, c'est l'inverse qui s'est produit", a-t-il affirmé.

Le dirigeant du FMI s'est défendu de tout soutien politique à M. Macron. S'il a admis que son évaluation pouvait être interprétée comme "un soutien relatif", il s'est empressé d'ajouter qu'elle se basait sur le programme économique du gouvernement.

"Notre évaluation porte sur la stratégie économique. Il ne s'agit pas d'une décision tactique", a-t-il déclaré.

- De bonnes raisons d'applaudir -

M. Mumssen a d'autant plus de raisons d'applaudir les mesures annoncées par le gouvernement français qu'il s'est, selon lui, largement inspiré d'un document publié l'année passée par le FMI sur l'efficacité de la dépense publique en France.

"Toutes les idées y sont", s'est félicité le responsable du Fonds, qui a appelé les autorités françaises à ne pas tarder à mettre en place ses mesures d'économies.

"Pour que la stratégie soit crédible, de profondes réformes s'imposent à tous les niveaux des administrations publiques", a-t-il déclaré, convaincu que cet effort est "nécessaire dès maintenant".

"Nous ne pensons pas que la stratégie puisse fonctionner sans s'attaquer au problème de la dépense publique", a-t-il souligné, reconnaissant toutefois que les coupes budgétaires ne pourront pas épargner les dépenses sociales.

"Nous savons que ce n'est pas facile", a-t-il reconnu, citant comme unique exemple le secteur du logement. "La France dépense beaucoup d'argent dans ce domaine et ce n'est pas très bien ciblé", a-t-il précisé.

L'institution financière a également apporté son soutien à la réforme du marché du travail, qu'elle juge "vaste et ambitieuse".

"Elle cherche à améliorer la flexibilité au niveau des entreprises, à réformer l'assurance-chômage et à renforcer les dispositifs d'apprentissage et de formation professionnelle", a estimé le Fonds, pour qui cette réforme "devrait aller de pair avec le maintien de la modération salariale".

Quant aux réformes projetées dans les domaines de la fiscalité des entreprises, des revenus du capital et du travail, elles "devraient stimuler l'investissement et la croissance de l'emploi", affirme le FMI.

La "Macronmania" du FMI a pourtant ses limites. L'institution financière n'a que très légèrement relevé sa prévision de croissance pour la France cette année de 1,4 à 1,5%.

Et elle ne prévoit pour l'instant que 0,2 point de plus de croissance pour l'année prochaine, attendant de voir M. Macron à l'oeuvre avant d'aller plus loin.

© 2017 Agence France-Presse
 
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales