CAISSE DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Comment continuer à cotiser pour sa retraite lorsqu’on est à l’étranger ?

Quand on part vivre à l’étranger parmi les questions récurrentes que beaucoup d’expatriés se posent, il y a la question de la retraite. Comment cela se passe-t-il ? Comment continuer à cotiser ? Que vous soyez expatrié d’entreprise, que vous soyez en contrat local, ou bien sans activité à l’étranger, on pense ici notamment aux conjoints accompagnateurs, la CFE (Caisse des Français de l’Etranger) se charge de vous éclairer.

Clarifions d’emblée la situation : quand on part vivre et travailler à l’étranger, on cesse, sauf dans le cas du détachement, de cotiser automatiquement en tant que salarié aux régimes français de protection sociale (santé et retraite). Et l’accumulation des droits et des trimestres en France s’arrête donc… jusqu’au jour de votre retour et dela reprise d’une activité professionnelle.


Mais alors, comment faire pour sa retraite ?

Une fois à l’étranger, il est toujours possible de cotiser au régime obligatoire du pays d’accueil (à condition que celui-ci existe bien sûr). Mais il faut savoir que cela ne vous permettra pas d’acquérir de droits en France.
Même si des accords entre les pays peuvent parfois exister, ils ne permettent jamais une équivalence stricte pour la retraite.Mais dans certains cas ils peuvent consentir à valider des trimestres.

Ceci dit, il est possible de continuer de cotiser volontairement au système français pour assurer une certaine continuité et garantir une carrière complète :
- via la cotisation au régime de base à la CFE (*La CFE collecte pour le compte de l’Assurance Vieillesse.
- Via une complémentaire type Humanis

Il est vivement conseillé de cotiser au régime de base ainsi qu’à un régime complémentaire.


Ok, mais si on ne travaille pas à l’étranger ?

Si vous ne travaillez pas, que vous êtes une personne chargée de famille et que vous pouvez justifier de cinq années d’affiliation à la Sécurité sociale, vous pouvez également cotiser volontairement à la retraite de base via la CFE et valider des trimestres.

Si vous étiez en poste pendant un minimum de six mois préalablement à votre expatriation, vous pouvez également cotiser volontairement à la CFE. En tant qu’ancien assuré obligatoire français, vous cotiserez ainsi pour valider aussi bien des trimestres que des salaires.


Combien cela va me coûter ?

Si vous êtes salarié : cela sera basé sur votre salaire ou vos revenus.
Si vous êtes chargée de famille sans emploi : cela sera forfaitaire.
Si vous cotisez volontairement sans être chargée de famille : cela sera basé sur les 6 mois de votre dernier salaire.

Pour en savoir plus sur les cotisations rendez-vous ici.

Il faut savoir que les cotisations à la Caisse des Français de l’Etranger ne sont en rien obligatoires, mais sont vraiment à considérer, même si vous pensez ne partir que peu de temps… Le rachat ultérieur de droits auprès de l’Assurance retraite ne sera pas forcément aisé, et toujours plus cher.

 

Caisse des Français de l’étranger (www.lepetitjournal.com) lundi 3 avril 2017.
Retrouvez plus d’information sur www.cfe.fr 

 

 
Une internationale

MARDI EXPAT – L’afterwork de l’expatriation à Paris en partenariat avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger)

Mardi 11 juillet prochain aura lieu la prochaine édition de Mardi Expat, l’afterwork de l’expatriation. Organisé par Lepetitjournal.com avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger) comme partenaire, cet événement veut rassembler à Paris anciens et futurs expatriés afin d’échanger et de bénéficier de conseils avisés pour préparer sa prochaine expatriation.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine
En direct de nos éditions locales